La France, un pays de hors la loi !

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

La France, un pays de hors la loi !

Selon un sondage mené par right2bet, 88 % des Français sont prêts à enfreindre les lois qu’ils estiment excessives ou ridicules

Paris, le 10 février 2010 - à deux semaines du débat public sur le projet de loi pour l’ouverture du marché des paris en ligne, l’organisation right2bet (« droit de parier ») remet de l’huile sur le feu. Son sondage sur le contournement des lois européennes vient de démontrer que la plupart des Européens s’estiment capable d’enfreindre des lois s’ils les jugent excessives ou ridicules.

La France se classe en tête de ce palmarès peu conventionnel : 88% des participants admettent qu’ils ont déjà fait quelque chose tout en sachant qu’ils transgressaient une règle ou loi « excessive, pas nécessaire ou même débile ». Du côté des bons élèves, les Néerlandais sont de loin les plus respectueux : seulement 58% des participants se déclarent susceptibles de transgresser une loi quelle qu’elle soit.

En effet, le paysage législatif européen regorge d’exemples de lois excessives ou ridicules. Parmi les lois recensées par right2bet :

  • Il est interdit d’enfermer un voleur dans les toilettes car cela irait à l’encontre de sa liberté de mouvement (Pays-Bas).
  • Les femmes à Paris n’ont le droit de porter le pantalon que pour monter à cheval ou à vélo (France.).
  • Tirer la chasse d’eau après 22H est interdit (Suisse).
  • Le port de maillot est interdit dans les saunas publics ; il est obligatoire d’être nu (Finlande).

Michael Robb, porte-parole de right2bet, déclare : « Nous ne sommes pas du tout pour le non-respect des lois, aussi excessives soient-elles. Mais notre sondage démontre que les citoyens européens sont de plus en plus agacés par une bureaucratie lourde qui les bride au quotidien. Les lois sont destinées à servir le public, mais celles-ci vont souvent trop loin…

C’est clairement le cas pour le marché du pari en ligne dans certains pays européens, où l’internaute a le choix entre parier sur un ou deux sites bénéficiant d’un statut de monopole national ou ne pas parier du tout ! Nous luttons pour que le consommateur ait le droit de choisir, et réclamons la fin des lois ridicules qui entravent nos droits universels ! »

right2bet souhaite mettre un terme aux monopoles des jeux en ligne et ainsi permettre aux citoyens européens de pouvoir choisir librement parmi les sites de pari en ligne opérant sous licence. Son objectif est de réunir un million de voix via sa pétition en ligne (http://www.right2bet.fr), pour convaincre la Commission Européenne que les monopoles d’état sont injustes et contraires à la liberté des consommateurs.

Pour le moment, le calendrier fixé par l’Assemblée Nationale pour le vote de la loi sur l’ouverture du marché des paris en ligne avant la Coupe du monde est extrêmement serré… Si cette loi n’est pas promulguée dans les temps, les Français passeront-ils outre ? Sont-ils prêts à contourner la législation pour parier en ligne librement ? On aura la réponse d’ici peu…

right2bet

Le sondage a été mené sur un échantillon de 381 personnes majeures au Royaume-Uni, en Allemagne, en France, en Finlande et au Pay-Bas.

Lancée au niveau européen, la campagne right2bet (« droit de parier ») propose aux citoyens européens de signer une pétition afin de choisir librement leur fournisseur de pari en ligne, et ce quelque soit l’Etat dans lequel est domicilié l’opérateur. Chaque Européen devrait avoir le droit de choisir.

right2bet soutient la liberté de choix et milite contre le caractère abusif de certaines réglementations européennes. Pour signer la pétition : http://www.right2bet.fr.

Aujourd’hui soutenue par Betfair, Victor Chandler, la Remote Gambling Association, la Gambling Portal Webmasters Association et l’Association of Players, Casinos and Webmasters, right2bet encourage tous les acteurs du secteur à se joindre à la campagne.

Contact presse

i&e Consultants pour right2bet

Stéphanie Lasnel

slasnel@i-e.fr

01 56 03 13 45

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »